LES ANDELLOUS

DE YVONNE JEAN HAFFEN – LOCQUÉMEAU

Les Andellous étaient ces tringles en bois permettant de suspendre filets, voiles…ou poissons pour les y faire sécher.

Tiré de « Histoire de l’Île de Sein – Au temps où la livre de congre se vendait deux sous, l’industrie de ce poisson était florissante. Le congre simplement vidé et ouvert à plat, pendu aux andellous ou échafaudage de tringles en bois, pour sécher au soleil, pendant un mois environ, jusqu’à ce qu’il devienne dur comme cuir. Par la dessiccation, il diminuait d’un tiers de son poids. Il était alors disposé en ballots de 50 ou 100 kilos, entouré de grosse toile et dirigé sur Bordeaux. Les congres étaient distribués dans le midi de la France et en Catalogne. Il se conservait pendant deux ou trois ans et servait à faire une soupe dont les Ibères étaient friands.

VOIR ICI SUR LÎLE DE SEIN

Léonard Tsuguharu Foujita 1886-1968- Lesconil – L’arrière cour 1950 aquarelle, encre et mine de plomb sur papier
FOUJITA – Août 1950
WINTZ Raymond – Quartier de Concarneau – Les Filets Bleus
De Trafford Klots, peintre américain
De Lionel FLOC’H – Tréboul? – Source: Artmarine
D’Emile SIMON – La Montagne Tréboul
Andellous de La Montagne de Tréboul – Rue du Moulin – DE DESCARGUES ETIENNE (1875 – 1967) 
Andellous au Menez Birou – DE DESCARGUES ETIENNE (1875 – 1967) 
Les andellous de la « montagne »